Samedi 10 Décembre 2011

Cadets Provinciaux Roy 1 - Meix 0

Définitions

roy -de l’ancien français roy, roi ou rei, issus du latin rex. : roi.
Ecuyer : fidèle serviteur du roi (supporter/trice)
Grand chambellan : organisateur de joute (entraineur)
Chevalier (joueur) : monté de bonnes intentions sur son fidèle destrier (chaussures) parfois rutilant mais souvent glissant.
Seigneur : arbitre des joutes.

Récit

Pour expliquer la défaite de nos troupes en terre ardennaise lors de cette joute « roy-ale », il est important de placer cette joute dans son contexte :

  • Notre entente avec ce club ardennais a connu, à chaque fois, des « étincelles » (par exemple, lorsqu’une « écuyère » avait voulu agresser notre grand chambellan ; ou , plus récemment, au match aller, lorsque certaines attaques sournoises adverses avaient fait perdre la tête à certains de nos chevaliers).
  • Bien que les feux solaires (agrémentés d’une éclipse lunaire) soient présents, le tapis vert n’avait pas été déployé pour les invités, la pelouse étant loin d’être parfaite pour nos preux chevaliers.
  • Pour cette joute royale, deux seigneurs étaient même présents ! Le premier, s’étant trompé de semaine, n’est pas resté pour assister son collègue !

Le contexte étant placé, il n’y a pas grand-chose à dire de ce « tournoi royal » : bien qu’encouragés par une nombreuse troupe d’écuyer(ères) plus motivés que leurs « chevaliers », nous avons assisté à une partie durant laquelle les nôtres se sont montrés soumis :

  • Nos pâles escarmouches de première mi-temps ont juste donné l’une ou l’autre palpitation à nos écuyers, sans faire peur à notre adversaire !
  • Il ne fallait pas trop brusquer sa majesté ardennaise, l’entente entre nos couleurs pourrait s’en ressentir…
  • Ne visons pas trop la cage adverse, le gardien pourrait se salir… Il n’a d’ailleurs pratiquement rien eu à faire durant le second acte…
  • Surtout, n’utilisons pas à bon escient les coups de pied arrêtés qui nous sont offerts, nous pourrions blesser nos hôtes du jour en secouant leurs filets…
  • Enfin, offrons sur un plateau d’argent le seul laurier de la rencontre : si un premier chevalier ne donne pas le ballon à l’adversaire, il faut surtout qu’un second le lui redonne à l’entrée de la surface, qu’il n’ait plus qu’à tromper chevalier Nathan (qui n’a rien pu faire…)

Mission réussie, preux chevaliers, nous avons respecté la hiérarchie ! Nous avons courbé l’échine devant cette équipe bien organisée ! Nous avons donné 6 points à nos adversaires ! Ils seront contents de nous revoir l’an prochain !

En attendant, c-roy-ons en nos capacités ! Restons ad-roi-ts ! Gardons la tête froide et se-reine !
Bon, Tournons cette page au plus vite pour nous souvenir de la bonne partie face à Champlon que nous rencontrons la semaine prochaine…et quittons le Moyen-Age pour revenir sur terre, face à nos responsabilités !

Manu Bernard