Samedi 21 Avril 2012

Cadets Provinciaux Meix 4 - 4 Neuvillers

Le chemin de croix de Neuvillers et le calvaire de l’arbitre…

Présentation
Dans la tradition catholique, le chemin de Croix de Jésus est le parcours qu’il aurait fait, de sa condamnation à sa mort sur la croix. Il est divisé en 14 stations. Le résumé de ce match peut-être librement comparé, à certains points, à ce chemin de croix…

Première station
Des auréoles sur le terrain, présages d’un match « gras », un arbitre guilleret jonglant avec le ballon avant la rencontre : voici les ingrédients d’un match qui s’annonce gai voire insouciant…

Deuxième station
Nous commençons bien le match par une action Thomas, Dorian, Fabrice qui termine en coup de coin.

Troisième station
François perd la balle à l’approche du rectangle adverse. La contre-attaque, avec un raid de 50m de la « star » ardennaise, un certain N., est rondement menée. Il crucifie Nathan et fait 0-1 ! Un second but est directement annulé pour hors-jeu. Sur une nouvelle offensive adverse, notre « seigneur » ardennais, au sommet de sa gloire, fait 0-2.

Quatrième station
Nous menons une belle attaque sur le flanc gauche : Fabrice donne en retrait pour Dorian qui tire entre les jambes du gardien. On croit à notre résurrection, mais le gardien parvient à empêcher le cuir de rentrer au fond de sa cage.

Cinquième station
Une de nos offensives se termine par un pénalty mal accepté par le camp adverse ! Le délégué monte sur le terrain pour dire sa façon de penser à l’arbitre ; les supporters n’hésitent pas à le lapider de leurs paroles ! « Que celui qui n’a jamais péché prenne le sifflet à sa place ! ». Sa croix est déjà suffisamment lourde à porter comme ça ! Fabrice réduit le score : 1-2.

Sixième station
Sur corner, les jaune et noir reprennent une avance confortable: 1-3. En contre, une belle combinaison Lucas-François n’est pas loin d’aboutir mais le retour d’un défenseur empêche notre n°7 de conclure victorieusement. Sur un corner suivant, la tête de Tim est déviée sur la ligne par un défenseur adverse. C’est ensuite Thomas, qui, d’une tête plongeante, frôle la cible. C’est sur ce score que la première mi-temps s’achève.

Septième station
Après 15 secondes en deuxième mi-temps, Maxime adresse un centre pour Dorian. D’une magnifique bicyclette, notre attaquant trompe le gardien adverse qui se loupe : le ballon passe en dessous de lui… : 2-3.

Huitième station
Sur un contre, Neuvillers marque de nouveau par N. . Nathan aurait certainement dû sortir plutôt que de redescendre sur sa ligne de but : 2-4.

Neuvième station
Coup sur coup, Nathan se rattrape et nous évite le 2-5.

Dixième station
Un tir de loin (du gauche) de Dorian touche la barre : le ballon retombe au sol et Lucas est là pour réduire le score : 3-4.

Onzième station
Un coup franc est obtenu sur le flanc gauche. Fabrice le tire au premier piquet, le gardien relâche et Julien ne se fait pas prier : 4-4.

Douzième station
C’est à partir de ce moment que le poids de la croix de l’arbitre a failli le « clouer au sol ».
N., bien loin de sa gloire de début de match, tombe pour la première fois.
N. tombe pour la deuxième fois.
N. , au comble du ridicule, tombe pour la troisième fois !
Trois simulations dans le rectangle ne lui ont apporté qu’une chose, la perte de ses moyens ! A aucun moment l’homme en rouge ne lui a brandit son crucifix jaune pour lui annoncer : « Vade retro, Satanas ! »

Treizième station
Le match peut basculer d’un côté comme de l’autre et Tim est bien prêt d’envoyer les jaunes en enfer mais le gardien dévie. Il doit encore avoir mal aux mains à l’heure actuelle…

Quatorzième et dernière station
L’arbitre, assailli de toutes parts par la tribu nordiste pour certaines de ses décisions (dont l’un ou l’autre hors-jeu…) parvient difficilement à calmer le jeu. Il a été proche d’être envoyé au tombeau plus tôt que prévu… « Barabas », un joueur ardennais, lance une dernière fois son venin sur « Ponce Pilate le juge »mais celui-ci le gracie : un tel comportement vis-à vis du juge de match lui aurait mérité de voir les feux (rouges) de l’enfer, même après la fin de la partie.

Le match se termine par trois bristols jaunes, trop tard sortis de la poche du referee.

Conclusion
Le match nul semble logique… Le seul ennemi de Neuvillers a été… lui-même ! Pris dans l’engrenage, certains joueurs n’ont pas pu se concentrer sur le match et rien que le match. L’ardeur de leurs « supporters » n’a rien arrangé…

De notre côté, il est à noter que nous avons géré bien calmement tous ces « coups de foudre » célestes : il faut aussi avouer qu’il n’y avait aucune raison de s’énerver puisque nous avons trouvé les décisions justes.

Moralité de l’histoire : plus tu te mets l’arbitre à dos par ton comportement, tes réflexions et tes réactions, plus il risque de siffler contre toi !
« Ite missa est ! »

Manu Bernard