Samedi 10 Mai 2014

Scolaires Provinciaux Tour Final Interprovincial demi-finale : Meix 4 - 1 Rixensart

Journée historique pour le ROX Meix !

L’équipe
Mathieu Nathan
Henin Nathan
Englebert Alex
Louette Simon
Braquet Frederic
Bernard Francois
Eischorn Justin
Jusseret Maxime
Nganyou Fabrice
Day Thomas
Habay Julien
Hayertz Lilian
Mogin Dorian
Hubert Lucas
Husson Charles

L’avant-match
Tout ou rien ? la brésilienne ou les cacahuètes ?
Il faut maintenant une aide providentielle qui puisse prédire l’issue de nos rencontres : et on l’a trouvée ! Il y avait Paul le Poulpe, nous avons la tignasse de Mich : avant chaque match, un joueur (tiré au hasard !) lui enlève un cheveu : si celui-ci est gris, on perd ! Jusqu’à présent, ça marche ! Michel a encore de beaux jours devant lui !
Pour compléter le pronostic, il faut poser la même question à Mich (après qu’il a regardé son cheveu en cachette !) : « Comment tu le sens, ce match, Michel ? »
Voici ses réponses :
A Roy : « Je le sens bien, celui-ci, Manu, tu verras… » : 1-2 !
Contre Tubize : « on ne perdra pas ce match ! » Et son air des plus sereins ne pouvait faillir : 1-1 et 5-3 aux pénaltys !
Contre Rixensart : « bof, 50-50 » (son cheveu aurait-il eu des teintes argentées ???) mais c’est vite devenu un optimisme à toute épreuve (« On marque toujours quand on joue vers la Chevratte , surtout en 2ème mi-temps ! »)

Le match
A l’opposé de ce qu’on a connu la semaine dernière, les crampons sont de retour ! La pluie constante n’aidera pas les acteurs de ce match crucial !
Comme depuis quelques matches tous aussi importants les uns que les autres, nos adversaires tentent de mettre la pression sur notre défense. Mais celle-ci est bâtie sur le ROC !
Les « sang et or » (comme Tubize) dominent la possession durant ces dix premières minutes, mais sans réelle occasion.
A la 16ème minute, Nathan relâche un tir anodin venu de la gauche ; un attaquant, aux aguets, en profite pour récupérer le cuir, dribbler notre dernier rempart et ouvrir tranquillement la marque : 0-1.
Juste après, on se procure notre première occasion sur un coup franc de Fred sur lequel le gardien se couche bien. C’est ensuite un tir croisé de Lucas dévié par le gardien qui nous montre qu’on rentre enfin dans ce match.
Une des forces de notre équipe, c’est la pression et la vivacité que nos attaquants peuvent mettre sur la défense adverse pour la pousser à la faute : sur une lancée de Fabrice, Thomas récupère le cuir à l’entrée du rectangle. Il s’infiltre dans celui-ci mais est stoppé fautivement par le gardien (qui reçoit le bristol jaune) adverse : pénalty converti par Fabrice : 1-1 ! à la 22ème minute.
A la 28ème, c’est un peu le même mouvement : Dorian récupère le ballon, rentre dans le rectangle et obtient un second pénalty provoqué une nouvelle fois par le gardien qui reçoit sa deuxième carte (exclusion !) : Fred le transforme et nous donne l’avantage : 2-1 !
A partir de ce moment, on sent nos hôtes désorganisés. Ils ne seront plus fort dangereux jusqu’au terme du match.
Et, en cette fin de premier acte, on pense pouvoir creuser l’écart via Dorian qui reprend du gauche à côté, via Julien qui croque sa reprise et via une tête de François pour Maxime qui ne parvient pas à conclure.
« J’y crois à fond ! » dit d’ailleurs Michel (à mon avis, il n’avait pas bien regardé son cheveu…)
En début de deuxième mi-temps, on sent les mauves stressés mais les jaunes commencent à vendanger, loin des filets de Nathan : « Des essais comme ceux-là, on en veut bien plus souvent ! »
Dorian va encore provoquer un pénalty (léger ?) que convertira Simon : 3-1 ! Jamais on n’avait obtenu trois coups de réparation sur un même match ! C’est vraiment notre année !
Bernard ajoutera : « On joue en mauve et on marque nos pénaltys, est-ce normal ? »
Les jaunes frustrés, deviennent plus agressifs vis-à-vis de l’arbitre (qu’aurait dit un spectateur neutre de l’arbitrage ??? Je pense personnellement que le match a très bien été sifflé, les fautes commises étant presque toutes justifiées).
En défense, ça reste très solide et l’or du maillot adverse se ternit à vue d’œil.
François parachèvera le travail en alourdissant encore le score en s’infiltrant dans l’axe central : « Moi, je n’ai pas besoin de pénalty pour marquer ! » (à peine prétentieux, n’est-ce pas ? Il n’aurait pas mieux fait d’aller faire ses maths, celui-là ?).
C’est sur ce score de 4-1 que les Brabançons quitteront tête basse la pelouse, critiquant ouvertement les décisions du maitre des lieux.

Conclusion
Profitons de ces moments partagés avec nos garçons !
Nous sommes en finale, et jamais une équipe de jeunes du ROC Meix n’avait atteint ce stade au niveau interprovincial !

Bravo à toute l’équipe (et au coach !!!). Vous nous faites vibrer !

Manu Bernard