Dimanche 21 Avril 2013

Premières Provinciales : Meix-devant-Virton 1 - 3 Champlon

MEIX-DEVANT-VIRTON : Brolet, K. Bitaine (CJ), Maillen, Renauld, A. Breda (CJ), Reuter, Goosse, N. Georges (59’, Résibois), J. Georges (72’, Martin), C. Breda (59’, Godfrin), Roset.

CHAMPLON : Pepic, Valentin, Martin, B. Simon, Landrecy, Huberty, Girs, Lalloyer, Closter, Collin, Philippe.

Arbitre : Q. Lesceux. Candidat à la montée, le jeune Liégeois a bien mené le débat. Un brin de sévérité supplémentaire, en actes et en paroles, n’aurait toutefois pas été superflu.

44’, le coup franc de Collin file vers la lucarne de Brolet qui s’étend bien. Philippe récupère et ajuste sereinement (1-0).
48’, Martin met fin à une action confuse dans le rectangle de Brolet (0-2).
52’, superbe mouvement en un temps entre Girs, Collin et Closter qui glisse au fond (0-3).
70’, Roset trompe Martin et sauve l’honneur (1-3).

«Une recette miracle? Recette, oui. Les miracles, c’est à Bethléem où à Lourdes. Pas à Champlon.» Ces propos viennent d’un Thierry Nicolay enchanté de l’ascension des Rossoneri, mais prudent vis-à-vis de ceux qui lorgnent sur la troisième tranche. « Je me rappelle d’un certain 15 décembre. Tout Champlon était aux abois, explique le T1. Aujourd’hui, la recette, c’est la force de caractère. Restons cohérents et ne pensons qu’à nous maintenir.» Difficile de blâmer les supporteurs qui espèrent plus, vu l’intensité du jeu champlonnais dimanche en Gaume. Un jeu dans lequel Philippe et Closter se sont montrés entreprenants grâce aux services de Girs et d’un Collin des grands jours. Distribution au sol, vision du jeu, fair-play, rapidité de course, tout y était pour l’attaquant de Champlon, à qui il n’a manqué que le but. Avec trois frappes instinctives, deux coups francs et plusieurs percées audacieuses, dont un solo de toute beauté qui lui a valu un tacle désespéré de Bitaine, Collin a pris à son compte la majeure partie des offensives de Champlon. Après une mi-temps au coude à coude durant laquelle une entente entre N. Georges et Gosse a fini sa course hors-cadre, Meix a courbé l’échine après un deuxième but assassin qui n’a provoqué aucune réaction chez les Mauves. Résultat, ni Godfrin, ni Résibois, lancés à l’heure de jeu, ne sont parvenus à redresser une seconde période bien trop approximative.

Sources: L’Avenir