Vendredi 8 Mars 2013

Premières Provinciales : Meix 4 - 1 Rossignol

MEIX-DEVANT-VIRTON : Brolet, K. Bitaine (46’, A. Bitaine), Maillen, A. Breda, Martin (46’, Duret), Goosse, J. Georges, Reuter, C. Breda (88’, Tribolet), C. Godfrin, Roset.

ROSSIGNOL : Chavée, Braux, Dechamps (13’, N. Georges), Félix (77’, Nélis), Simon, Muri, Morette, Toussaint, Protin, Depienne, Godefroid (65’, Legrand).

Arbitre : D. Chauvaux.

Assistance : 80.

18’, coup franc excentré de Roset sur le poteau.

28’, sur un tir d’apparence anodine de Roset, Chavée laisse échapper le cuir (1-0).

53’, sur un ballon aérein, Brolet loupe sa sortie et Depienne en profite pour égaliser (1-1).

71’, Godfrin s’échappe et arme à ras de terre (2-1).

86’, Duret, de l’entrée du rectangle, ne laisse aucune chance à Chavée (3-1)

90’ + 2 : frappe imparable de Goosse (4-1).

Confirmation pour les Méchois, déjà victorieux à Oppagne. Et une première puisque les Gaumais n’avaient pas encore aligné deux succès consécutifs cette saison. Cette fois, les hommes de Francis Angonèse peuvent vraiment regarder vers le haut. Leurs adversaires, quant à eux, ont tout intérêt à se ressaisir car ils sont en train de perdre leur viatique conquis au premier tour. Ils n’ont plus gagné depuis le 20 octobre.

Le derby gaumais démarre pied au plancher, sans round d’observation. Rossignol est le mieux en jambes durant le premier quart d’heure et se voit refuser un but pour hors-jeu après 7 minutes de jeu. Godefroid est pénalisé alors qu’il reprend un ballon écarté par Brolet sur une tentative de Protin. Un Protin, qui inquiétera encore le gardien local peu après, mais Roset sort de sa réserve. Chavée est ensuite sauvé sur sa ligne par Muri après une tête de Godfrind. Le gardien visiteur s’impose encore devant Martin, avant de se trouer sur un ballon qui semblait pourtant facile à négocier.

En seconde période, Godfrin a la balle de break au bout des studs, mais il est contré au dernier moment. Et sur la relance, Rossignol s’en va égaliser.

Le derby reste engagé, rythmé et indécis. Il faudra tout l’opportunisme de Godfrin, qui profite de la seule approximation de la soirée de Félix, pour emmener les siens au paradis. Duret, puis Goosse tueront tout suspense dans le final.

Source : L’avenir