Mardi 20 Août 2013

Equipe Première : Le changement c'est maintenant !

L’Avenir : Mathieu Golinvaux

cliquer pour agrandir

Pour sa sixième saison en P1, Meix a vu trois de ses cadres s’envoler vers la promotion, les Gaumais doivent reconstruire une équipe.

Si le ROC Meix avait habitué les suiveurs du championnat de première provinciale à un maximum de stabilité depuis son retour à cet étage, le comité gaumais a dû cette fois s’activer sur le marché des transferts. Un peu forcé, il faut le dire. Exit Sébastien Renauld (Longlier), Nicolas Roset (Givry) et Cyrille Godfrin (FCJLA), rien que ça, Francis Angonèse, qui poursuivra sa mission débutée en cours de saison passée, aura la lourde de tâche de reconstruire quasiment toute une colonne vertébrale dont il n’a conservé que Nicolas Georges, finalement resté malgré des sollicitations arlonaises notamment. «Sa reconduction est sans doute notre meilleur transfert , glisse d’ailleurs le cornac méchois bien conscient du gros travail à effectuer. Nous partons quelque peu dans l’inconnu. J’ai de bons joueurs, notamment les jeunes, et je pense que si on continue de travailler comme c’est le cas en préparation, on devrait faire quelque chose de bon. Il faudra jouer intelligemment, notamment parce que physiquement, on n’est pas de taille pour rivaliser avec des adversaires costauds. Ma philosophie est plus basée sur le football rapide, en une ou deux touches de balle. L’équipe sera plus mobile, différente du Meix que l’on a pu voir l’année dernière. Actuellement, l’accent est mis sur le travail défensif. Devant, j’ai encore le temps. C’est essentiel. Les autres années, le club regardait plutôt devant, cette saison, c’est vers l’arrière que nous serons tournés.»

Malgré tout, on ne remplace pas d’un claquement de doigts des joueurs d’une telle envergure pour l’élite provinciale. « Surtout Sébastien (Renauld), regrette le mentor. D’ailleurs, je ne l’ai pas remplacé. L’équipe va devoir s’adapter et travailler autrement, où alors il m’aurait fallu des sous (NDLR : en préparation, c’est Goosse qui a reculé d’un cran pour évoluer aux côtés de Yemba Mahop, Thiry glissant sur le flanc). Offensivement, notre football était par contre peut-être trop statique, je demande beaucoup plus de mobilité à mes avants. L’arrivée d’Elie (Kouoh Pombo) est positive, il déménage dans les seize mètres. »

Un trident qui risque de faire mal

Dans l’autre sens, les Méchois ont également vu débarquer Schmit, Yemba Mahop, Herman, Ries, Vaguet et Dulieu, mais le comité méchois a surtout décidé d’amener de l’expérience pour guider ses jeunes. Avec Nathan Gillard et surtout Laurent Jacquet, il semble avoir misé juste. Si la plus grosse partie de leur carrière est derrière eux, les deux médians ont encore de beaux restes dans les pieds. Qui plus est, ils devraient amener avec eux un peu de ce caractère qui a parfois manqué au vestiaire méchois.

« Et Laurent est encore l’un des meilleurs sur le terrain, poursuit Francis Angonèse. Notre arme de guerre, ce sera le contre cette saison. Je pense qu’avec notre vitesse, on va faire mal. L’équipe évoluera toujours en 4-5-1, un système que j’apprécie.»»

Avec Nicolas Georges pour le compléter, ce trident de la ligne médiane risque de faire mal sur les pelouses de la série. «C’est en quelque sorte le moteur de mon équipe », termine le T1 des Mauves. Et tout Meix d’espérer désormais qu’il ne s’enraille pas.