Dimanche 21 Septembre 2014

Premières Provinciales : Meix 3 - 2 Ethe

La (très jeune) ligne médiane de Meixa parfaitement rivalisé avec celle d’Ethe dimanche. Vital Thiry n’y est pas étranger.

Ethe a donc pour la première fois mordu la poussière après une (superbe) série de 35 rencontres sans revers. Et Meix a remporté sa première victoire dans ce championnat au terme d’un derby dont l’issue en aura étonné plus d’un. Notamment parce que, sur papier, le noyau des Cassidjes semblait plus étoffé, mieux armé pour compenser les absences de joueurs clés que l’on déplorait dans les deux camps. Pour rappel, Gustin, Derhet et Coso (celui-ci pendant une heure) à Ethe; Godfrin, Gillard, Matz, Georges à Meix.

Mais dans les rangs des Mauves, ils sont plusieurs à avoir saisi l’opportunité qui s’offrait ainsi à eux pour montrer leur valeur. À l’arrière gauche, un Antoine Bitaine très solide face à Collin semble parfaitement revenu dans le coup après une préparation plutôt délicate. Et dans l’entrejeu, le duo Thiry – Donay, bien aidé par J. Georges, a fait le ménage devant sa défense, rivalisant sans complexe avec les Faye et autres Amadei aux CV nettement plus fournis. Et aux exigences financières bien plus élevées, comme le faisaient remarquer quelques Mauves après le coup de sifflet final.

Meilleur équilibre

Donay, déjà très convaincant en match amical contre les espoirs de Virton, a ajouté à son jeu habituel une dimension physique et une hargne qu’on ne soupçonnait peut-être pas. Quant à Vital Thiry, bien plus souvent aligné comme défenseur que comme médian depuis qu’il a rejoint le stade Briffart, il est occupé à démontrer depuis l’entame de cette saison que sa meilleure place, celle qu’il a souvent occupée lorsqu’il évoluait chez les jeunes à Virton, se situe bien devant le quatre arrière. À tel point que les prochains retours de Nicolas Georges (le week-end prochain peut-être) et Nathan Gillard (une semaine plus tard sans doute) risquent de poser un cas de conscience à Francis Angonèse. Ceux-ci se feront-ils au détriment de Thiry dont la capacité à récupérer le ballon semble donner un meilleur équilibre à l’équipe?

En attendant, l’ancien sociétaire de l’Excelsior savoure. «Est-ce ma meilleure place? C’est bien possible dans la mesure où je marche beaucoup à la confiance, répond-il. Et dans l’entrejeu, avec deux défenseurs dans mon dos, je me sens plus à l’aise, plus libéré. Je touche davantage le ballon et j’ose prendre plus d’initiatives.»

Le Saint-Mardois porte aussi une analyse empreinte de lucidité et de modestie sur sa prestation: «Je dois dire que j’appréhendais un peu ce match. Un entrejeu remodelé, très jeune, face à des gars qui sont loin d’être des clients: on risquait de souffrir. D’un autre côté, notre courte défaite en Coupe de la province face à ces mêmes Cassidjes nous avait donné confiance. On s’en est bien sorti, mais si on a souffert en fin de match, c’est un peu de notre faute aussi. Quand Ethe s’est mis à presser, on n’a pas osé se montrer suffisamment pour aider nos défenseurs à ressortir un ballon qui revenait dès lors rapidement. La victoire fait du bien en tout cas. Même si Ethe était logiquement le favori, un bilan de deux sur douze aurait fait mauvais genre et nous aurait mis sous pression avant le déplacement à Gouvy puis la réception de La Roche.»

samedi 20/09/2014
Un derby comme il n’y en a plus guère

Si le terme derby est désormais utilisé à toutes les sauces, parfois même pour qualifier un duel entre deux équipes séparées de plusieurs centaines de kilomètres, cette opposition entre Méchois et Cassidjes aura tout d’un vrai duel entre voisins.

Tout d’abord parce qu’en démarrant de leur stade, les joueurs de Sébastien Bach n’auront que quatorze kilomètres à effectuer pour rejoindre l’antre adverse ce dimanche.

Par le passé, les confrontations entre les deux équipes ont souvent valu le détour. On ne compte plus les anecdotes, réelles ou un peu moins, au sujet des oppositions entre deux clubs que beaucoup de choses opposent.

Et ces dernières saisons, la partie a bien souvent démarré avant même la montée des joueurs sur la pelouse, et ce même quand les deux clubs n’évoluaient pas à un niveau égal. Dès le mercato estival, les recruteurs des deux camps tournent en effet généralement autour des mêmes éléments pour étoffer leur noyau.

Rien que cette saison, Mamadou Faye, Nathan Collin et Julien Roland ont été en contacts avec les deux clubs avant de rejoindre le groupe du président Baillot. Nicolas Derhet et Julien Lacour auraient aussi pu porter la tunique méchoise.

Alors que Nicolas Georges a, lui aussi, souvent fait l’objet de convoitise de la part des Vert et Blanc ces dernières années, mais jusqu’à présent, le médian a toujours préféré jurer fidélité à son club formateur, malgré des offres plus qu’intéressantes.

Et si l’intérêt a été un peu moins présent cet été, c’est Antoine Bitaine qui a pris langue avec les Cassidjes, mais comme son capitaine, le défenseur a préféré demeurer au stade Briffart.

Dimanche, en plus de se côtoyer régulièrement en guindailles, ils seront sur le terrain plusieurs à avoir porté le maillot des deux équipes. À commencer par Grégory Bodet quelque peu poussé vers la sortie par l’arrivée de Gérald Brolet voici cinq saisons. Gilles François, Renaud Coso et Thibaut Schweig sont tous passés par Meix avant de poursuivre leur carrière ailleurs et de rebondir à Ethe.

Dans l’autre camp, même s’il ne pourra pas tenir sa place ce dimanche à cause d’une blessure, Nathan Gillard a, lui, effectué deux passages par Ethe. Citoyen cassidje, il aurait d’ailleurs bien aimé terminer sa carrière au stade Servais. Mais des divergences d’opinion l’ont poussé à a aller voir ailleurs, pour le plus grand bonheur des recruteurs méchois.

Source : l’Avenir